Une mer partagée

Mécanismes de changement des écosystèmes en Manche occidentale

observation
 Echantillonage réalisé au large de Roscoff , à bord du Néomysis , le navire de la Station biologique de Roscoff

Observation et suivi des écosystèmes de la Manche Occidentale

Depuis plus de 100 ans, les laboratoires de Plymouth et de Roscoff enregistrent des paramètres essentiels pour comprendre le fonctionnement et l’état actuel des écosystèmes. Ces longues séries temporelles couvrent un large éventail de paramètres, allant des photons jusqu’aux poissons.

Pendant les 20 dernières années, les mesures in situ relevés aux deux stations marines ont été complétées par des relevés effectués par télédétection (température de surface de la mer, couleur des océans) et par des modélisations de l’écosystème, autant de moyens qui permettent d’obtenir des informations à l’échelle synoptique sur le fonctionnement de l’écosystème en 4 D. Les deux laboratoires participent aux suivis du Continuous Plankton Recorder, qui est remorqué régulièrement entre Plymouth et Roscoff. En 2010 une “ferry-box” a été installée à bord d’un navire de la Brittany Ferries qui relie les deux côtés de la Manche.

 

ferry box
 Une ferry box a été installée sur le navire « l’Armorique » de la compagnie maritime Brittany Ferries. Cet équipement permet de relever en continu des données physico-chimiques (température, salinité, etc.) tout au long du trajet du bateau.

Dans le cadre du programme Marinexus, les scientifiques responsables à Plymouth et Roscoff du suivi à long terme du phytoplancton ont collaboré pour partager leurs données et assurer que les méthodes d’acquisition permettent une comparaison des séries de données de part et d’autre de la Manche.

Pour plus d’information sur les données et protocoles des séries temporelles de Plymouth, cliquer ici.

Pour plus d’information sur les données et protocoles des séries temporelles de Roscoff, cliquer ici.

Les observatoires de Roscoff et de Plymouth partagent les mêmes difficultés technologiques pour maintenir des mouillages pour les suivis de haute fréquence dans l’environnement marin plutôt hostile de la Manche occidentale. Néanmoins, les conditions hydrographiques diffèrent des deux côtés de la Manche : les eaux du côté français sont bien brassées tout au long de l’année, tandis que celles du secteur anglais connaissent une stratification saisonnière, principalement entre avril et septembre.

Haut de page